Cabinet Philippe Le Goff Assurances

Assurance automobile et 2 roues

Assurance automobile et 2 roues

Particuliers

Assurance automobile et 2 roues

Quelques bonnes questions à se poser afin d'évaluer un contrat d’assurance automobile.

  • La garantie vol n'est-elle pas trop  limitative ?  Souvent une effraction est demandée sinon il n’y a pas de garantie. Après un vol, êtes vous  en mesure de restituer les 2 jeux de clefs à l'expert ? Si la voiture non fractrée est retrouvée endommagée  (embrayage cassé sans choc et sans effraction) êtes-vous assurée.Le vol suite à abus de confiance est-il assuré ? (faux chèques de banque ou arnaques)
  • Les dommages électriques et électroniques sur appareillage et les faisceaux sont-ils assurés en l’absence d’incendie ?
  • Les plafonds de garanties  assurés pour les dommages causés aux tiers sont-ils suffisants afin que vous ne soyez pas mis à contribution  (l’exemple du choc avec un train, le véhicule qui brûle au pied d’une grande surface….)
  • En cas de perte totale de votre véhicule, votre assureur vous verse t-il une indemnité minimum de 2.000 euros ?
  • Les conséquences de la grêle sont-elles assurées ?
  • En cas d’accident non responsable, aurais-je une indemnisation en avance sur recours ?
  • La protection juridique est-elle acquise également pour les problèmes extérieurs à un accident garanti (par exemple  pour la garantie constructeur, pour la défense des infractions…)
  • Lorsque votre véhicule est chez un garagiste : un remplacement temporaire pour assurer le véhicule de courtoisie est-il possible ? Si oui est-il gratuit ?
  • La garantie du  conducteur : voilà matière à comparer tout azimut car des sommes énormes sont en jeu.
    • Est-elle acquise pour tous les conducteurs acceptés ou simplement ceux désignés (une voiture peut être prêtée à un  parent, un ami ou un tiers et doit alors lui être acquise)
    • Vérifier l’absence de seuil d’intervention « dit » franchise. En effet, un contrat qui prévoit une franchise de 10% est moins cher mais il interdit à la victime de percevoir  toute indemnisation corporelle  dans énormément  de cas.  Ainsi, il faut 11% pour que l’assureur paie. Non seulement il ne perçoit pas l’IPP (Invalidité Permanente Partielle) mais il ne perçoit pas non plus  les préjudices complémentaires (souffrance endurée, préjudice esthétique, préjudice d’agrément, perte de revenus, aide d’une tierce personne, aménagement handicapé du véhicule et le l’habitation, etc…).
    • Pour information voici le type de blessures  qui ne donnerait aucune indemnisation avec une franchise qui serait de 10% car les tribunaux leur donnent des IPP < 10% :
      - Fracture rachis cervical, tassement vertèbres (entre 8 et 10%)
      - Sciatique récidivante  (entre 5 et 10%)
      - Fracture du bassin (entre 5 et 8%)    
      - Luxation de l’épaule (entre 7 et 9%)
      - Fracture du coude (entre 6 et 10%)
      - Fracture ouverte du fémur (entre 8 et 10%)
      - Fracture ou entorse grave du genou (entre 8 et 10%)
      - Fracture de cheville (entre 8 et 10%)
      - Fracture poignet (entre 5 et 8%)
      - Prothèse totale de la hanche (entre 8 et 10%)
  • Vérifier que, si vous empruntez un autre véhicule (location, celui d’un ami….) et que celui-ci n’a pas de garantie du conducteur, votre garantie vous est acquise.
  • Le préjudice économique doit être celui habituellement  accordé par les tribunaux. Vérifiez qu’il n’y a pas de restriction dans sa définition
  • Les bénéficiaires des capitaux décès ne doivent pas être limités au conjoint et aux seuls enfants fiscalement à charge.